La balance : meilleure alliée ou pire ennemie ?

Un simple coup d’œil dans nos carnets de santé permet de faire le constat suivant : dès notre naissance, nous sommes tou.te.s passé.e.s sur la balance

Et dès nos premiers mois, la courbe de poids inquiète ou rassure selon les informations que l’on y porte. Que la prise de poids soit trop lente ou trop rapide, les parents sont invités à surveiller l’alimentation de leur progéniture et à la peser régulièrement (attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : je ne remets pas en cause l’importance de ces paramètres dans le développement du petit enfant).

Pour certain.e.s, cela ne perdure pas et un rapport assez libre se met en place avec la balance. On se pèse quand on y pense ou quand un.e professionnel.le de santé nous le demande. Mais pour d’autres, scruter son poids reste une habitude qui peut parfois devenir problématique.

Pendant plusieurs années, j’ai été addict à ma balance. Je possédais une montre et une balance connectées, que j’utilisais de manière compulsive. Je consultais les calories brûlées sur ma montre toutes les dix minutes, et je me pesais matin et soir. Le chiffre sur la balance était devenu pour moi l’entière expression de ma valeur personnelle.

Plus mon poids diminuait, plus mon estime personnelle semblait augmenter. Mais s’il avait le malheur de remonter, toute mon estime s’écroulait, et je repartais de zéro. En résumé, les jours où j’obtenais un résultat qui me convenait, je me sentais bien, et les autres j’étais plus bas que terre. J’avais l’impression d’avoir atteint un super équilibre alimentaire, mais au niveau mental, c’était le chaos complet.

Comment percevoir objectivement sa valeur personnelle quand elle est conditionnée à quelque chose d’aussi fluctuant que le poids que l’on pèse?

Et qu’est-ce que cela indique de la valeur que l’on accorde aux autres ? Aimez-vous moins les gens selon leur masse corporelle ? Demandez-vous à vos proches de passer sur la balance avant de rentrer chez vous pour savoir comment vous allez les traiter ? J’espère que non (si c’est votre cas, ne m’invitez pas SVP, je risque de partir en courant !). 

Allez, juste parce que c’est vous, je vais vous partager où on en est aujourd’hui, ma balance et moi. Je n’ai tout simplement… Plus de balance ! Je l’ai revendue il y a maintenant environ un an (et j’espère que ça se passe mieux pour la personne qui me l’a achetée que pour moi…). Lors de mes rendez-vous médicaux, si l’on me pèse, je demande à ne pas être informée de mon poids. Et vous savez quoi ? Cette séparation physique avec ma balance m’a permis de m’en libérer complètement au niveau mental

J’ai réappris à faire confiance à mon corps, et à ne plus attribuer ma valeur personnelle à des facteurs qui, quoi que je fasse, continueront à fluctuer pour le reste de ma vie. Cela a été l’une des étapes qui m’a permis de guérir le rapport que j’entretiens avec mon corps, au-delà du caractère purement alimentaire. Pour en savoir plus sur le rapport à l’alimentation, rendez-vous sur mon Live Facebook du 18 Novembre !

Et vous, votre balance, l’avez-vous bannie ? Est-elle une alliée ? Une ennemie ? Dites-moi !

Vous aimeriez vous aussi apprendre à voir votre vraie valeur et à en faire une ressource ? Contactez-moi pour votre séance découverte offerte, vous méritez de vous accorder ce moment.

elit. Donec Aenean non tempus pulvinar mattis efficitur. ut Curabitur